De l'amont vers l'aval, une belle promenade à pied ou en vélo sur les 2 rives de la Marne (les sources de la Marne et de la Seine sont distantes de 75 km. Elles se rejoindront à Charenton-le-Pont) avec quelques incursions entre deux ponts, dans Neuilly-sur-Marne (et un peu dans Noisy-le-Grand, Neuilly-Plaisance , Le Perreux-sur-Marne et Bry-sur-Marne). Seuls les cinq premiers ponts sont sur le territoire de Neuilly-sur-Marne. En restant le long de la Marne ou du canal, tout peut être fait en vélo ou à pied : il y a environ 8 km. Pour les excroissances, c'est un peu plus délicat et plus long mais il y a plusieurs circuits à faire et sans doute d'autres choses à découvrir :

  • ... 

Rive droite : Neuilly-sur-Marne, Rive gauche : Noisy-le-Grand

  • Le Pont du Chétivet : Passerelle métallique pour piétons et cyclistes qui enjambe le canal de Chelles percé à partir de 1849 et mis en service en 1865 selon les plans de Freycinet  et la Marne, rénové en 2015
    • Le Parc de la Haute-Ile célèbre pour son milieu naturel (réseau Natura 2000) et son site archéologique, entre le canal de Chelles et la Marne. On y trouve le seul camping du 93. Beaucoup de détails dans ce document
  • Le pont vers la Haute-Ile : il enjambe le canal de Chelles, uniquement piétons ou bicyclettes
  • Le pont de Ville Evrard : une passerelle métallique fermée pour raison de sécurité qui permet(trait) d'enjamber le canal pour rejoindre le Parc de la Haute-Ile depuis Ville Evrard. Sa réouverture est prévue dans le cadre d'un projet d'aménagement (à partir de 2021?)
    • Quelques bornes sur la rive droite du canal, qu'il faudrait nettoyer et dégager afin qu'elles redeviennent lisibles. Pour l'instant, on y lit un numéro et le nom du département "Seine-et-Oise"
    • Le stade de rugby Guy Boniface inauguré en 1976
    • La propriété "l'Oasis" construite entre 1825 et 1849, propriété de la famille Amiard puis de la SNCF depuis 1944, elle est aujourd'hui inoccupée (depuis 2000)
    • Les hopitaux de Ville Evrard (Asile construit en 1868, architecte Paul-Eugène Lequeux) - son musée d'art et d'histoire de la psychiatrie ouvert le vendredi après-midi  (le seul musée de Neuilly-sur-Marne depuis le départ de l'Aracine en 1996), sa chapelle, l'ancien chateau, son horloge semainière dite de Bonnafé (Lucien Bonnafé, psychiatre petit-fils de Célestin Louis Maxime Dubuisson qui avait fait construire cette horloge par un aliéné de Saint-Alban, Auguste Forestier), on peut lire l'ouvrage d'André Roumieux
    • de Maison Blanche (asile  ouvert en 1898, architecte Georges Morin-Goustiaux - 1859-1909) où ont été tournées plusieurs scènes de la série "un village français". A l'entrée on trouve un beau marbre dû à (Nestor Emile Joseph) Carlier (1909) et sur le fronton du batiment, les bustes de 4 précurseurs de la psychiatrie moderne (de gauche à droite) (Jean-Baptiste Maximilien) Parchappe, (Jean-Etienne Dominique) Esquirol, (Philippe) Pinel et (Guillaume Marie André) Ferrus
    • Le parc du Croissant Vert : le plus grand parc municipal du 93 (ex-parc des 33 ha) avec sa mini-ferme, son parcours santé, sa piste d'athlétisme...
    • La médiathèque Antoine de Saint Exupéry inaugurée en 2014
    • Le Stade Georges Foulon (du nom d'un cheminot membre du réseau Hildevert né le 6 mars 1886 à Neuilly-sur-Marne, décédé en déportation le 6 avril 1945 à Hamburg-Neuengamme). Se trouve une plaque commémorative des combats du 26 août 1944. 
    • La guinguette de l'écluse dans le parc (restaurant le martin-pêcheur)
    • L'écluse (1856 rénovée en 2011 puis 2018) et la maison de l'éclusier : début ou fin du canal de Chelles long de 9 km
    • L'ancienne mairie construite en 1850, a abrité l'école jusqu'en 1895
    • Le bar de la marine, ancienne guinguette datant de 1880
    • Entre 1937 et 1970, une plage municipale remplacée par le port et le camping
  • Le Pont de Noisy-le-GrandL’ouvrage en béton a été construit d’avril 1967 à novembre 1968. Il est long de 85 mètres et pèse 500 tonnes. Il a été inauguré le 13 décembre 1968 et permet le passage en voiture. Il relie Neuilly-sur-Marne et Noisy-le-Grand. Attention le pont routier suivant en aval est le Pont de Bry et le précédent en amont est le pont Charles de Gaulle à Gournay-sur-Marne.
    • Un patrimoine très riche à Noisy-le-Grand en amont du pont quand la Marne est longée par le qai de la Marne (sur la rive gauche): on retiendra  l'église Saint Sulpice, la chapelle Notre-Dame-des-Sans-Logis-et-de-Tout-le-Monde mais aussi le patrimoine laïc. Au niveau de la boucle de la Marne, la rue du réseau Robert Keller, souvenir de l'un des plus grands faits de résistance resté quasiment ignoré du grand public relie le quai de la Marne à la place du 8 mai 1945 où était loué un pavillon à partir duquel fut créée en 1942 une station d'écoute pour capter les conversations allemandes entre Berlin et Paris. Ici, l'histoire du réseau K.
    • L'église Saint Baudile en remontant la rue Marx Dormoy, commencée en 1198, avec ses vitraux anciens, restaurés ou plus récents, son orgue Merklin depuis 1908, restauré en partie en 1982, ses trois cloches Marie-Charlotte, Elisabeth et Louise (depuis 1892). On trouve tous ces détails sur . La mosaïque sur le tympan est signée Facchina qui travaillait en France dans la seconde moitié du XIXe siècle et A. Grellet, peintre.
    • Le cimetière, créé en 1855, en remontant la rue Paul et Camille Thomoux (rue de Gagny devenue rue Paul Thomoux en 1947, le prénom de son épouse sera ajouté en 1965) : on y trouve
      • l'ossuaire (1914-1918) et son carré militaire
      • la tombe du général Donzelot (au carrefour entre les 7e, 8e, 10e et 11e divisions. Sur le monument (façade Sud), on trouve le nom du général marquis de Ricard-1868 (année suivant son décès) qui comme capitaine sera son adjoint à la Martinique, père du poète communard Louis-Xavier de Ricard),
      • la tombe de Camille Thomoux  (1898-1965) (ancienne "dévouée" vice-présidente de l'UFF),
      • une stèle à Paul Thomoux dans le carré du souvenir,
      • des stèles de quelques membres du réseau de résistants Charles Hildevert, on peut lire l'ouvrage de Jacques Cumont
      • le résistant Gaston Pierre Navailles (1908-1944) professeur d'EPS, champion de boxe et de catch (rue en 1949 à la place de l'allée des Fauvettes),
      • la tombe du journaliste Maurice Ragonneau (1933-2012),
      • la tombe du général "de la République"  Jean-Alexandre-Désiré Le Corguillé (27/10/1893-1965),
      • Une tombe pour dix allemands morts pendant la guerre de 1870
      • La tombe familiale de Daniel Bernard (1938-1960) dont on trouve le nom sur le second monument au morts
      • La tombe familiale de Albert Audrain (1924-1945) dont la stèle est au carré militaire
      • La tombe familiale de Eugène Oger (1892-1915) dont on trouve le nom sur le second monument au morts
      • La tombe familiale de René Porte (1919-1944) dont on trouve le nom sur le second monument au morts
      • La tombe de Raymonde Gouailhardou (née Henrequelle) (1910 à Paris 12- 2002), médaille de la résistance, épouse de Paul Jean Gouailhardou. La maison du docteur Dugoujon à Caluire-et-Cuire (69) où fût arrété Jean Moulin est sur la place Gouailhardou
      • Jules Vagnair (1835-1901, professeur des Universités, agrégé de lettres et de grammaire)
      • Un chef de corps nommé Pallud, d'après lequel est peut être nommé l'un des gymnases de la ville
      • Le docteur Febvré (17/02/1853-6/01/1903), médecin-chef à Ville Evrard, responsable du quartier Esquirol à la fin du XIXe siècle
      • L'ancien champion d'Europe de boxe, le "French Bulldog" Robert Villemain
    • et les tombes de quelques édiles nocéens comme
      • Hippolyte Rousselet (1847-1897), maire en 1896 ou
      • Raymond Bilbor (1898-1970) maire en 1944 puis de 1953 à 1965
      • Abel Tuffier (1863-1940) et,
    • et plus étonnant, la tombe de Paul Serelle (1881-1957), maire de Noisy-le-Grand de 1945 à 1957.
    • Entre le parc du Croissant Vert et le cimetière, on trouvera le "second centre" de Neuilly-sur-Marne et son architecture moderne : Claude le Goas a construit les logements "les cottages" et la "résidence du lac", la patinoire (1973), la chaufferie (1972), le complexe sportif Marcel Cerdan (1972) ; Albert et Maurice Turin ont construit les pavillons rue du colonel Moll, rue Danielle Casanova, rue d'Avron, rue Villebois-Mareuil, rue  du 11-novembre, rue de l'Egalité, rue de l'Epi d'Or, rue de la Paix et de l'autre coté de la RN34, rue Fromentin, rue du général Donzelot et rue Abel Tuffier (1920) ; Gilles Louis a construit le centre culturel Marcel Pagnol et la chapelle Sainte-Marie en 1973 ; Julien Hirsch a construit la cité jardin (1934) formée d'immeubles collectifs et de pavillons
    • Le square de l'eau avec notamment les 2 pompes Farcot (à vapeur) de 1903 en service jusqu'en 1960, remplacées par des pompes électriques, mais aussi une belle fontaine en fonte des 2 cotés du muret le long de la promenade (malheureusement sèche) signée Dommartin, elle pourrait sans doute être restaurée à peu de frais et alimenterait ainsi en eau fraiche, les nombreux promeneurs, patineurs et cyclistes.
    • Le chateau Guérin : construit en 1867 pour Eugène Edouard Flaxland (négociant, originaire de Bouxwiller, 1818-1885), devenu par héritage en 1885 propriété de M. et Mme Guérin. Devenu le Conservatoire de musique Gabriel Fauré en 1975, Dans son parc, on trouve le Bureau de poste (1966), l'Hôtel de ville (1987, architecte : Robert Basiuk)
    • Une belle maison juste en face : construite pour Joseph-Frédéric Flaxland (frère d'Eugène, 1814-1884), peintre qui y aurait reçu Franz Liszt.
    • Juste en face de la poste, on trouve le collège Albert Camus (qui faillit s'appeler Alphonse Daudet) construit en 1960 et inauguré en 1967, baptisé en 1970 (suivront, le collège Honoré de Balzac en 1969 et le collège Georges Braque en 1975) et largement rénové en 1995
    • Jouxtant le collège Albert Camus, se trouve l'école (1895) du centre devenue Louis Amiard en 1935 (architectes : Albert Drouet  - 1880-1953, architecte du monument à la gloire de l'armée française 1914-18 sculpté par Paul Landowski sur le mur de souténement du cimetière de Passy - et Joseph Disse qui ajoute l'école maternelle en 1933) plus ancienne école de la ville (à l'époque: une école maternelle encadrée par une école de garçons et une école de filles). La deuxième sera l'école Jean Jaurés (mêmes architectes) au delà de Maison Blanche construite à partir de 1928
    • La sculpture sur la RNIL 34 (boulevard du Maréchal Foch) est due à André Beneteau qui fût professeur de Jazz au conservatoire. On en trouve une identique à l'entrée de la Haute-Ile (l'artiste habitait sur une péniche).
    • Juste derrière, l'arbre de la liberté planté pour le bicentenaire de la Révolution.
    • Le 2e monument aux morts : sculpté par Moreau-Vauthier inauguré en 1923 (plus de détails sur l'article monument aux morts).
  • La Passerelle de l'usine des eaux : accès privé. Construite en 1968. L'usine des eaux est une des plus grande du monde : le site traite 90 000 000 m3 d'eau par an pour une cinquantaine de communes de l'Est Francilien 
  • Le Viaduc de Neuilly-sur-Marne : viaduc ferroviaire affecté au trafic des marchandises. Partie de la Grande Ceinture complémentaire, ouverte en 1928. Il comporte un passage piétonnier. Il fut miné et en partie détruit (au-dessus de la RN34) en 1944.
    • En suivant la Marne (rive droite) on emprunte depuis 1983 la promenade André Devambez, peintre nocéen (1867-1944) qui croise la petite rue Charles Cathala, ancien sénateur-maire de Neuilly-Plaisance, dont on trouve la tombe au cimetière de Neuilly-Plaisance.
    • La monumentale gare de Neuilly-sur-Marne fermée aux voyageurs en 1939 en remontant par le boulevard Aristide Briand
    • En continuant, on passe devant le lycée professionnel Cugnot puis on prend la rue Louis Vannini qui ramène à la rue Paul et Camille Thomoux juste avant le quartier des Fauvettes.
    • Le Centre bus de la Maltournée abritait depuis 1905 les tramways hippomobiles, puis à traction à vapeur et ensuite à air comprimé et finalement électrifiés

Rive droite : Neuilly-Plaisance, Rive gauche : Bry-sur-Marne

  • Le Viaduc de Neuilly-Plaisance : viaduc ferroviaire en béton précontraint, qui permet au RER A de traverser la Marne entre les stations de Neuilly-Plaisance et Bry-sur-Marne. Il comporte un passage piétonnier sous le tablier principal. Il a été achevé en 1977. L'ingénieur Michel Virlogeux a participé à sa construction.
    • L'espace (place Montgomery) entre la RNIL 34 (boulevard Gallieni) et la Marne a été inauguré en 1989. Une sculpture d'aigle a été posée en 1992 pour le centenaire de la création de Neuilly-Plaisance (créé à partir de Neuilly-sur-Marne)
    • La voie Lamarque : voie piétonnière arborée longue de 2 km qui relie le plateau d'Avron à la Marne. Dans le 3e tronçon, des rails rappellent la voie ferrée qui reliait le plateau d'Avron à la Marne pour expédier le gypse du plateau vers les usines platrières.
    • L'église Saint Henri construite entre 1869 et 1873 (donc sur la commune de Neuilly-sur-Marne). Sa cloche originale appelée « Camille » se trouve sur la voie Lamarque dans le 1er tronçon. Le 24 décembre 1989, elle fût remplacée par un carillon composé de quatre cloches dénommées, Angeline, Geneviève, Madeleine et Marie.

Rive droite : Le Perreux-sur-Marne, Rive gauche : Bry-sur-Marne

En longeant le quai de l'Argonne en souvenir des combats de 1915 (coté Le Perreux) ou le quai Adrien Mentienne - historien et ancien maire (coté Bry-sur-Marne)

    • Le Centre des Bords de Marne : Centre culturel et sportif du Perreux-sur-Marne créé en 1980
    • La société nautique du Perreux créée en 1903
    • La rue des cent marches (qui n'en comporte plus que 96) qui permettait aux Bryards d'aller à Paris et aux Parisiens de rejoindre la Marne à partir de la ligne de tramway Vincennes-Ville Evrard jusqu'en 1937
  • La Passerelle de Bry-sur-Marne, Le Perreux : Passerelle piétonnière métallique d'une longueur de 80 mètres, inaugurée en 1894, surélevée en 1917, reconstruite en partie en 1940. Elle est l'oeuvre de Gustave Eiffel et a été inaugurée par le préfet Poubelle. L'ossature a été renovée en 1987. On y trouve (coté Le Perreux)  une plaque (échelle hydrométrique) de l'inondation de 1910.
  • Le Pont de Bry : Pont routier en béton d'une portée de 67m construit en 1938, détruit en 1941 et rénové entre 1944 et 1948. C'est le 7e pont reliant Bry-sur-Marne au Perreux-sur-Marne
    • Juste avant le pont, on aura vu le menhir dit la pierre perreuxienne en place depuis 2006 sur le mail Meyer
  • ...

Sur le patrimoine de Neuilly-sur-Marne, voir cet intéressant document... qui ne parle pas des ponts